5 pierres fines et précieuses à utiliser avec précaution


Gemmologie /

 

Lorsque l’on fabrique des bijoux, il est très tentant d’ajouter des pierres fines ou précieuses. Cependant, pour obtenir un bijou durable et de qualité, il faut s’assurer de choisir les bonnes gemmes. En effet, toutes ne sont pas aussi solides que l’on pourrait le croire. Certaines sont cassantes comme du verre, tandis que d’autres supportent mal la chaleur.

Bien connaître les pierres fines et précieuses peut donc éviter des désagréments. Cela permet également de conseiller au mieux son client lorsque celui-ci choisit un bijou serti.

Dans cet article, je vous parle de 5 pierres à utiliser avec précaution.

 

L’émeraude

L’émeraude est une pierre précieuse de la famille des béryls. De dureté 8, elle devrait être considérée comme solide et durable. Cependant, il faut savoir que la plupart des émeraudes contiennent de multiples inclusions qui les fragilisent.

En effet, ces inclusions provoquent des fissures dans la pierre, et celles-ci peuvent la faire éclater sous l’effet d’un choc.

Malheureusement, les émeraudes sans fissures ni inclusions coûtent très cher. Toutefois, il existe une alternative pour les personnes qui n’auraient pas un budget assez élevé. Effectivement, il est possible de trouver une pierre dont la couleur se rapproche beaucoup de l’émeraude, qui est plus solide, mais aussi beaucoup plus abordable. Il s’agit du grenat tsavorite.

 Émeraude

 

La fluorite

La fluorite est une pierre fine dont les multiples couleurs sont très attrayantes. Souvent utilisées en lithothérapie, il est possible que vous receviez souvent des demandes de création de bijoux à partir de celle-ci.

Cependant, il faut savoir que sa dureté est très basse : 4 sur l’échelle de Mohs. Elle se raye donc facilement. Par ailleurs, elle possède une faible ténacité en raison de ses quatre directions de clivage facile. C’est donc aussi une pierre très cassante.

Ainsi, il vaut mieux la monter en pendentif ou en boucles d’oreille. En effet, ces bijoux sont beaucoup moins soumis aux chocs que les bagues et les bracelets.

 

 Pierre fine Fluorite

.

L’ambre

L’ambre est une résine d’arbre fossilisée qui s’est formée il y a environ 50 millions d’années. Celle-ci est très prisée des collectionneurs et des amateurs de bijoux. En effet, elle renferme bien souvent des insectes et des plantes qui se sont retrouvés piégés dedans lors de sa formation. De ce fait, cette pierre fine est également d’un grand intérêt scientifique.

Toutefois, elle est à utiliser avec beaucoup de précautions en bijouterie. En effet, outre sa faible dureté (2 à 2 ½), elle est très sensible à la chaleur. L’ambre ramollit entre 150 et 180 °C et se décompose entre 250 et 375 °C.

Ainsi, il est impossible de faire une réparation nécessitant un brasage sur un bijou composé d’ambre, sans dessertir la pierre.

 

Ambre

 

.

L’opale

L’opale est une pierre amorphe qui s’est formée dans des régions arides, à partir de dépôts de silice hydratés.

Très prisée pour ses jeux de couleur, elle est souvent utilisée en joaillerie. Cependant, c’est une des pierres les plus fragiles du métier.

Tout comme l’ambre et la fluorite, il est peu recommandé de la sertir sur une bague ou un bracelet, puisque sa dureté est inférieure à 7 (5 ½ à 6 sur l’échelle de Mohs).

Par ailleurs, étant une pierre composée en grande partie d’eau, elle risque facilement la dessiccation. Pour éviter cela, il vaut mieux l’éloigner des sources de chaleur, et la conserver dans un milieu humide.

 Opale

.

L’apatite

L’apatite est une pierre fine dont le nom inspiré du grec apatan signifie « tromper ». En effet, l’apatite présente des aspects et des couleurs variés, ce qui fait qu’elle est souvent confondue avec d’autres minéraux. Parmi ceux-ci, on retrouve l’andalousite, le sphène, la topaze, la tourmaline, et même certains béryls.

J’en ai souvent vu avec une couleur qui se rapproche de celle de la tourmaline Paraïba. Cette dernière, qui possède des teintes de bleu fascinantes, est plutôt rare. De ce fait, son coût est très élevé, contrairement à l’apatite.

Encore une fois, il s’agit d’une pierre ayant une faible dureté, soit 5 sur l’échelle de Mohs. Il ne faut donc pas se laisser subjuguer par sa beauté, et bien réfléchir au type de bijou sur lequel on souhaite la sertir.

 

 

Apatite

Photo de tmsgems.com

.

 

Il est évident qu’il existe une multitude de pierres que j’aurais pu citer dans cet article. Cependant, je ne me suis attardée qu’à celles que j’ai le plus « croisées » dans ma modeste carrière de bijoutière.

Si toutefois vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à les mentionner en commentaire afin d’en faire profiter aux autres lecteurs 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 7
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *