skip to Main Content
Mordaches artisanales en cuivre

Dans un atelier de bijouterie, on retrouve une multitude de machines et d’outils. Parmi ces derniers, l’étau d’établi, appelé également étau d’atelier. Cet outil qui peut sembler banal est d’une grande utilité pour le bijoutier, car il lui permet de maintenir ses outils, que ce soit pour une utilisation ou une modification de ceux-ci, mais aussi ses ouvrages en cours de fabrication. Toutefois, l’acier qui compose l’étau peut abîmer ces derniers, c’est pourquoi il est recommandé d’ajouter des mordaches à celui-ci. Dans cet article, je vous explique comment fabriquer vos propres mordaches en cuivre.

Zoom sur l’étau d’établi

Étau d'établi

Crédit photo © Jill Pollock | Vaea Designs

Un étau est un instrument servant à maintenir solidement l’objet sur lequel on travaille grâce à deux mâchoires, aussi appelées « mors », que l’on peut écarter en fonction de la taille de celui-ci.

L’étau est un outil très pratique en bijouterie. On l’utilise pour maintenir la filière lorsque l’on veut tirer du fil, pour tenir la lime lorsque l’on veut l’emmancher, et il peut même servir à maintenir notre ouvrage dans certains cas.

Utilité des mordaches

Étant en acier, l’étau peut facilement abîmer les outils qu’il maintient qui, eux aussi, sont en acier, ou nos bijoux qui sont généralement conçus dans un métal de plus faible dureté.

L’ajout de mordaches à votre étau est donc nécessaire. Celles-ci vont servir à protéger l’objet des mâchoires de l’étau.

Elles peuvent être en cuir ou en tissu, mais aussi en cuivre, comme celles dont je vous fais la démonstration de fabrication dans la suite de cet article. L’avantage des mordaches en cuivre est que vous pourrez les utiliser même lorsque vous voudrez chauffer au chalumeau ce que vous maintenez dans l’étau, comme c’est parfois le cas lorsque l’on veut emmancher des limes par exemple.

Étapes de fabrication des mordaches

Pour fabriquer vos propres mordaches, il vous faudra deux plaques de cuivre de 0,6 ou 0,7 mm d’épaisseur, une pour chaque mâchoire, suffisamment grandes pour qu’elles les recouvrent.

1- Mesurer l’étau

La première étape va être de mesurer la longueur des mâchoires de votre étau. À cette mesure, vous pouvez ajouter au moins 2,5 cm, puisqu’il faudra replier le métal de chaque côté afin que les mordaches restent bien en place et ne glissent pas.

Pour ma part, l’étau que je recouvre ici fait 13 cm de long. Il me faut donc deux plaques d’au moins 15,5 cm de long. Concernant la largeur des plaques, 5 cm devraient suffire.

Étau d'établi pour bijoutier

2- Tracer les repères de pliage

Vous pouvez tracer une ligne à 2 cm d’un des bords longs, pour savoir à quel endroit vous devrez les replier. Ainsi, vos plaques se trouvent divisées en 2 parties : une de 2 cm qui, une fois la plaque pliée, se retrouvera sur le dessus de l’étau et une autre de 3 cm, qui sera à l’intérieur des mâchoires et qui maintiendra donc l’outil ou l’ouvrage.

Pour le pliage des côtés, tracez une ligne 1 cm de chaque côté dans la largeur. Ainsi, entre ces deux traits de repère il vous reste la longueur de vos mors plus 0,5 cm. Ce qui donne dans mon cas 13,5 cm.

Vous pouvez évidemment prévoir plus de matière pour replier vos plaques sur les côtés, mais il faudra alors prévoir la longueur de vos plaques en conséquence 😉

Pourquoi ne pas conserver seulement la longueur exacte des mâchoires ? Tout simplement parce qu’il est nécessaire de se garder une petite marge. En effet, lorsque vous replierez les côtés, les arrêtes vont s’arrondir, ce qui va un peu diminuer cette longueur. Ainsi, vous vous assurez que les mordaches sont encore suffisamment grandes pour pouvoir être insérées sur l’étau.

Gabarit de traçage pour mordaches

3- Scier les côtés

Pour pouvoir replier la plaque de chaque côté des mors, sciez le trait que vous avez tracé dans la longueur sur environ 1 cm (jusqu’aux traits de repère que vous avez faits dans la largeur) de chaque côté.

Comment fabriquer des mordaches en cuivre

4- Plier la plaque dans la longueur

Une fois les tracés et sciages effectués, vous pouvez effectuer un recuit de vos plaques afin de pouvoir les plier plus facilement.

Pour le pliage, vous pouvez vous servir de votre tas d’acier. Positionnez votre plaque de manière à ce que le trait qui vous sert de repère arrive au niveau de l’une des arêtes de votre tas. Frappez ensuite avec votre maillet sur la partie qui dépasse du tas. Si votre tas est trop petit, repositionnez votre plaque de manière à pouvoir la replier sur toute sa longueur.

Formage des mordaches en cuivre

5- Replier les côtés

Pour les côtés, procédez de la même manière que pour la longueur, en repliant une bande de métal à la fois. Celles-ci vont se chevaucher, c’est tout à fait normal.

Vous pouvez vous servir d’un des coins de votre tas pour bien définir l’angle.

Fabriquer ses propres mordaches

6- Insérer les mordaches sur l’étau

Vous pouvez maintenant insérer les mordaches sur votre étau. Si jamais celles-ci bougent beaucoup, vous pouvez les ajuster davantage à votre étau en frappant avec votre maillet.

Mordaches artisanales en cuivre

Vos mordaches sont maintenant prêtes à protéger vos outils et ouvrages ! J’espère que cet article vous a été utile et qu’il vous aura convaincu d’ajouter des mordaches à votre étau 😉 Si c’est le cas, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire !

Cet article comporte 4 commentaires

  1. Mathieu Eve dit :

    Bonjour, j’ai trouvé le poste sur les mordaches vraiment très intéressant, et je dois vous dire que j’ai vraiment hâte de commencer la formation en ligne. J’attends d’obtenir des aides afin de pouvoir commencer à m’acheter mon matériel. Je vous tiens au courant.
    Bonne soirée
    Eve Mathieu

    1. Caroline R. dit :

      Bonjour Eve, je suis navrée du délai de ma réponse… Je suis ravie que cet article vous ait plu et il me fera plaisir de vous accompagner dans votre apprentissage de la bijouterie 🙂 N’hésitez pas à me contacter par mail si vous avez besoin d’un devis ou de tout autre justificatif pour vos demandes d’aides.
      À bientôt !

  2. Lefeuvre dit :

    Coucou Caroline
    Merci pour cette bonne idée..pour préserver le bijou à venir..
    Guylaine L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez en cadeau : Le guide pratique pour bijoutiers débutants