Métaux précieux éthiques : témoignage d’une joaillière


Interview /

De nos jours, il est plus qu’indispensable d’adopter un mode de consommation responsable. Si dans certains marchés, cette vision est plus facile à appliquer, cela peut sembler plus compliqué dans d’autres domaines, tels que la bijouterie et la joaillerie. Pourtant, il existe de plus en plus d’alternatives pour créer des bijoux éthiques. Je vous en avais d’ailleurs parlé dans cet article sur le label Fairmined, qui permet au bijoutier / joaillier, de s’approvisionner en métaux précieux éthiques. Cependant, pour compléter un peu ces informations, j’ai eu envie d’interviewer une personne qui pratique réellement la joaillerie éthique, afin qu’elle nous donne son avis à ce sujet, et qu’elle nous partage son expérience.

Sans plus attendre, je laisse la parole à la joaillière Noémie Briand 😉

Noemie Briand
Noémie Briand joaillière

Bonjour Noémie, peux-tu te présenter, et nous parler de ton parcours de joaillière ?

Noémie Briand, j’ai découvert ma passion joaillière après un parcours universitaire chaotique : université d’Arts Plastiques puis d’Histoire-Géographie. C’est un peu par hasard, en faisant un bilan au centre d’orientation de l’université, que je suis tombée sur le terme « joaillier » sur ma feuille de résultats. Tout a commencé en lisant ce mot sur cette feuille. Depuis, la passion, l’obsession, la création joaillière ne me lâche plus. Je suis partie en Belgique pour vivre une sorte de compagnonnage à la carte, faute de pouvoir le faire en France parce que femme (en 2006). Après 5 ans de formation, je me suis installée à Paris pour tenter ma chance.

Quel genre de bijoux crées-tu ? Quelles sont tes inspirations ?

noemie briand bague

Crédit photo Oskiphoto

Je réalise des pièces uniques pour ma clientèle particulière. Ce sont les parcours de vie de mes commanditaires qui m’inspirent. Je suis touchée par l’histoire d’amour que l’on me raconte pour imaginer la bague de fiançailles idéale ; je suis inspirée par cette pierre transmise de génération en génération et qui désormais sera portée par une femme du XXIe siècle ; etc. Mon style est relativement fin et j’ai un sens précis du détail que l’on ne visualisera pas du premier coup. J’aime qu’un secret unisse le bijou à la personne qui le porte.

Où exerces-tu ? As-tu un atelier à toi ?

Je me suis installée en plein cœur du quartier joaillier de Paris, dans le 9e arrondissement. Confidentiel, en étage, vue sur le Sacré Cœur, je dessine et fabrique les pièces de joaillerie. J’ai repris un 2e atelier après 6 ans d’activité pour développer l’entreprise et former une jeune joaillière sortant d’école.

Quelles ont été tes principales difficultés lorsque tu as voulu te lancer à ton compte ? Qu’est-ce qui t’a permis de passer par-dessus et de te rendre là où tu en es aujourd’hui ?

atelier noémie briand

La seule vraie difficulté a été de me faire connaître. Mon caractère introverti, discret et centré sur la création a été un frein à mon installation. J’ai donc beaucoup appris sur moi afin de faire connaître mon travail et ma passion. Rapidement, l’entreprise s’est développée et ma clientèle s’est créée.

Comment as-tu découvert l’existence de Fairmined ? Qu’est-ce qui t’as donné envie d’utiliser les métaux précieux éthiques dans tes créations ?

Très sensibilisée depuis le début de ma formation aux impacts dévastateurs du secteur joaillier sur l’environnement et l’humain, je suis tombée en 2010 sur un article de ma consœur Paulette à Bicyclette. J’ai attendu que mon entreprise soit viable et d’avoir reçu suffisamment d’informations et de garanties sur le label pour me lancer dans l’aventure. Je suis naturellement très sensible aux enjeux liés à notre époque en pleine mutation. Arrêter mon activité pour cause d’impact négatif sur l’environnement a été une option. J’ai finalement décidé de proposer de l’or éthique et je suis sur un projet d’extraction propre de pierres. J’ai décidé de prendre le contre-pied de la partie obscure de mon secteur en me disant que c’était justement une belle opportunité de faire bouger les lignes.

Peux-tu nous expliquer les démarches pour devenir certifié Fairmined ?

métaux précieux éthiques

Il faut remplir un questionnaire avec toutes les informations liées à l’entreprise. Une fois que le dossier est validé, l’achat de matières premières Fairmined est autorisé. Après 3 ans, un audit est mis en place pour vérifier que nous avons bien acheté, utilisé, et vendu le stock Fairmined.

Les métaux précieux éthiques sont-ils plus chers à l’achat que les métaux précieux standards ?

Oui, les métaux Fairmined coûtent environ 10% plus cher, afin de redistribuer aux communautés : sécurité, santé, éducation, etc.

Beaucoup de personnes pensent que les métaux précieux sont trop difficiles à retracer pour pouvoir être considérés comme éthiques. Qu’est-ce qui selon toi fait la différence avec Fairmined ?

Tant que le label restera petit, j’aurai confiance en lui. L’extraction à l’échelle artisanale justifie que nous ne soyons pas trop nombreux à être labellisés Fairmined. Si le label répond à une grande demande de labellisés, il faudra demander des garanties au label.

Pour l’heure, j’ai entière confiance.

Est-ce facile de s’approvisionner en matériaux éthiques ?

Nous sommes confrontés à une opacité des origines des matières premières. Les diamants ont reçu une mauvaise presse suite au film Blood Diamond. Les Etats ont donc proposés de créer le processus de Kimberley, assurant qu’aucun diamant de sang n’entre dans le circuit. Or, à la fin de l’année 2018, l’ONG Global Witness – qui s’occupait de la surveillance du processus – a abandonné le processus, se rendant compte que le secteur était bien trop obscur. Ce triste constat est valable dans tous les secteurs de la joaillerie. C’est donc très compliqué de s’approvisionner. Le plus simple est d’acheter directement au producteur en qui nous avons entièrement confiance. J’ai trouvé mon fournisseur en émeraudes. Je peux assurer la traçabilité et le respect de l’environnement dans ces mines. Il m’est impossible de garantir la même chose pour les autres pierres. Les choses se font doucement.

Selon toi, est-ce que cela apporte une valeur ajoutée à tes créations aux yeux de ta clientèle ?

fairmined

Assurément. Mais il ne faut rien promettre que l’on ne saurait tenir. Je fais le maximum pour participer à une joaillerie responsable. Je fais à la hauteur de mes possibilités. Dénoncer les abus du secteur est également une valeur ajoutée. Les clients ont le pouvoir de faire changer les habitudes de consommation.

Sais-tu s’il existe également des pierres éthiques ? Si oui, en utilises-tu dans tes créations ?

Il existe des entreprises de pierres éthiques. Je ne fais pas encore appel à elles, car je n’ai pas les preuves suffisantes pour avoir confiance… Je suis sans doute trop méfiante. Mais nous sommes dans une ère du “green washing”… Je suis sur mes gardes ; ne souhaitant pas proposer du mensonge à mes clients.

Quel serait le meilleur conseil que tu pourrais donner à quelqu’un qui aimerait se lancer dans la bijouterie/joaillerie ?

joaillerie éthique

D’aimer avant tout la technicité, d’être exigeant et précis. De préférer la curiosité de la fabrication à la beauté du produit fini. Le joaillier est un technicien avant tout. Les techniques joaillières anciennes se perdent, le secteur se transforme en profondeur. Nous devons rester curieux et inventifs.

Retrouvez les créations de Noémie Briand sur son site Internet, Facebook et Instagram 😉

Vous l’aurez compris, de nos jours, il est possible de créer des bijoux éthiques, même si cela demande quelques ajustements. Je vous invite d’ailleurs à lire l’article que j’ai rédigé sur le Label Fairmined pour en savoir plus 😉

De votre côté, aviez-vous déjà envisagé d’utiliser des pierres ou des métaux précieux éthiques dans vos créations ? Le faites-vous déjà ? Si non, qu’est-ce qui vous a empêché de passer à l’action ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 80
  •  
  • 2

2 réponses à « Métaux précieux éthiques : témoignage d’une joaillière »

  1. Bonjour,
    tu pourrais nous parler des pierres éthiques dans un prochain article stp?
    Merci

    1. Coucou AM !

      C’est effectivement une bonne idée. J’y pense depuis un petit moment d’ailleurs 😉 Seulement, cela va me demander quelques recherches, donc cela va me prendre un peu de temps… Mais je vais faire mon possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *