Site Loader

Il y a quelques semaines, une personne m’a écris pour me féliciter au sujet de mon blog, et pour me demander pourquoi j’avais décidé de le créer et de passer autant de temps à partager mes connaissances. Là, j’ai réalisé que je n’avais pas vraiment pris le temps, jusque-là, de vous expliquer mon parcours et ce qui m’a amenée à créer Objectif Bijoux. Mis à part une brève section « À propos» rédigée à mes tout débuts, quand je ne m’assumais pas encore comme blogueuse et que j’évitais le plus possible de me mettre de l’avant ^^

Du coup, voici l’histoire dans sa version la plus courte possible 😂 

Avant, je ne me croyais pas créative, mais ça c’était avant…

En 2010, alors que j’étais en congé maternité, j’ai commencé à m’intéresser à la fabrication de bijoux. À l’époque, je ne me considérais pas vraiment comme une personne hyper créative, mais j’avais besoin de faire quelque chose de mes mains. J’ai donc commencé à créer des bijoux inspirés de ceux que je voyais pour les offrir à mes amies. Il s’agissait surtout d’assemblage. Puis, à force d’en fabriquer, j’ai commencé à développer plus de créativité. Je me suis rendu compte que c’est la maîtrise de certaines techniques qui nous ouvre les portes de la créativité, et que celle-ci est comme un muscle. Plus on crée, plus on a d’idées. Ces nouvelles idées, qui émergeaient sans cesse, m’ont amenée à explorer d’autres matériaux, comme la pâte Fimo, la résine et enfin la pâte d’argent. Tout cela s’est déroulé sur deux ans, au cours desquels j’ai commencé à vendre quelques-unes de mes créations dans une petite boutique de Rimouski (Québec). 

Une révélation

Lorsque j’ai touché pour la première fois au métal (via la pâte d’argent), ce fut une révélation pour moi ! J’ai réalisé que je voulais créer des bijoux de A à Z. Je suis alors entrée dans une rage folle d’apprendre les techniques de travail du métal à proprement parler. Cependant, comme il n’y avait pratiquement rien sur le net francophone à l’époque, mis à part un forum, et que j’étais trop nulle en anglais, je galérais à trouver les informations dont j’avais besoin. De ce fait, j’étais pétrifiée à l’idée de me lancer seule, sans accompagnement. J’ai vite compris que faire de la bijouterie demande un certain investissement. J’avais peur de me tromper dans l’achat de mes outils. De gaspiller du métal en faisant des erreurs de conception. De faire exploser ma maison car je ne savais pas utiliser un chalumeau ^^ Oui, oui ! Je pense même que c’était l’une de mes plus grosses peurs à l’époque.

pendentif en pâte d'argent
Mon premier pendentif en pâte d’argent. On commence tous quelque part ^^

J’aurais pu en rester là, mais l’envie était trop forte. Du coup, j’ai joué le tout pour le tout, et je me suis inscrite à l’École de Joaillerie de Montréal. Je me souviens encore de la joie que j’ai ressentie lorsque j’ai reçu ma lettre d’acceptation. Enfin, j’allais pouvoir vivre mon rêve !

Une nouvelle aventure

Les trois années qui ont suivi ont été riches en émotions. J’ai appris énormément au contact de différents professeurs. J’étais tellement passionnée par la bijouterie, que je ne faisais et ne parlais que de ça. En dehors des périodes de cours, je profitais des ateliers de l’école pour avancer mes travaux ou pour créer mes propres collections de bijoux. Cet acharnement m’a permis de vite progresser, et d’obtenir de très bons résultats scolaires. J’ai même obtenu mon diplôme avec le prix d’excellence de ma cohorte (remis à un seul élève chaque année ^^).

Mon diplôme en poche, j’ai créé deux entreprises. Je ne savais pas quoi choisir entre la création de pièces uniques haut de gamme et celle de pièces de petite série plus abordables. J’avais envie de faire les deux, alors c’est ce que j’ai fait. Mais comme ces pièces haut de gamme ne s’adressaient pas du tout à la même clientèle que mes petites collections, j’ai préféré séparer ces activités.

Grâce à ces pièces uniques, j’ai pu participer à diverses expositions en Amérique du Nord : Montréal, Vancouver, Washington DC, Albuquerque, et même Las Vegas.

J’ai aussi remporté des prix dans de prestigieux concours tels que les Niches Awards 2016 et le Saul Bell Design Award 2018, organisé par le fournisseur Rio Grande (si on m’avait dit cela en 2012, je n’y aurais pas cru!).

Bracelet Koral | Bague Lagon | Boucles d’oreilles Koral

Oui, mais…

En 2018, étant en pleine remise en question au sujet de la bijouterie, j’ai décidé de me former à la rédaction web. En effet, malgré cette réussite, je sentais qu’il manquait une dimension à ma pratique, mais je ne savais pas quoi…

Ma formatrice m’a alors suggéré de créer un blog pour m’entraîner à la rédaction web. Après une rapide recherche, j’ai constaté que cela n’avait pas beaucoup évolué en 6 ans sur le web francophone en ce qui a trait à la bijouterie. Je me suis alors souvenue de l’envie que j’avais de créer des bijoux en métal et de la frustration que j’ai ressentie lorsque j’ai constaté que je ne pouvais pas le faire en autodidacte. Personnellement, j’ai eu la chance de pouvoir intégrer une école, mais je sais bien que cela est loin d’être possible pour tout le monde… C’est ainsi qu’est né Objectif Bijoux!

Finalement, c’est la création de ce blog qui m’a fait comprendre ce qu’il me manquait : le partage de connaissances. J’ai toujours aimé enseigner. J’ai d’ailleurs été l’assistante d’un cours de bijouterie au Centre des Arts Visuels de Montréal en 2015-2016, et cette expérience m’a profondément marquée.

Après 11 mois de blogging et des centaines de messages reçus de la part des lecteurs, je suis convaincue d’avoir fait le bon choix. Je dois avouer que cela me laisse moins de temps pour créer, mais quelle joie de pouvoir aider des gens à vivre leur rêve ! C’est le meilleur des deux mondes pour moi : continuer à évoluer dans ce domaine, tout en partageant mes connaissances !

Et vous, qu’est-ce qui vous empêche de vous lancer ?

Grâce au blog et à Internet, j’ai pu discuter avec des aspirants bijoutiers francophones du monde entier, ce qui m’a permis de discerner plusieurs problématiques qui empêchent les bijoutiers autodidactes de se lancer et de s’accomplir pleinement. Je suis donc entrain de rédiger un article qui regroupe mes 5 meilleurs conseils pour bien démarrer quand on apprend la bijouterie en autodidacte. Celui-ci devrait paraître d’ici deux ou trois jours (Mais si vous êtes inscris à la newsletter, vous en serez informé 😉 ).

En attendant, si vous êtes dans ce cas de figure, dites-moi dans les commentaires ce qui vous empêche justement de vraiment vous lancer dans la bijouterie. Ça me permettra peut-être de compléter ce fameux article 😉
​​

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

4 Replies to “L’histoire derrière le blog”

  1. Emmanuelle dit :

    Bonjour, merci pour cet article qui permet de comprendre comment vous en êtes arrivé la. De mo côté, je viens de finir un an de formation en bijouterie (un CAP en France) et ce qui m empêche de me lancer directement uniquement dans cette activité c est l’aspect financier! Je vais donc reprendre un boulot et à côté essayer de monter petit a petit une collection et éventuellement faire des marchés. Mais avec des projets familiaux (achat de terrain, enfant) c est compliqué de se lancer dans une activité qui ne sera pas rémunératrice avant un certain temps. C est probablement aussi en lien avec le manque d’expérience , je ne me sens pas encore d’aplomb après seulement 9 mois d’ étude.

    1. Caroline R. dit :

      Coucou Emmanuelle,

      effectivement, se lancer dans la bijouterie demande un sacré investissement ne serait-ce que pour les outils… Je connais beaucoup de monde qui se sont lancés à temps partiels afin de générer un revenu en parallèle. Ce n’est pas forcément une situation facile ni idéale, mais avec des efforts et de la motivation je peux t’assurer que l’on peut y arriver !

      Que tu ne te sentes pas encore à l’aise après neuf mois d’études est tout à fait normal. C’était un peu mon cas lorsque j’ai obtenu mon diplôme. Rassure-toi, on devient de plus en plus à l’aise avec le temps 😉

      Je te souhaite bonne chance, et j’espère pouvoir voir Très bientôt ta première collection 😉

  2. Bravo pour ce parcours … de mon côté j’ai 53 ans et je me lance 🙂 je réalise des pièces en bois que je souhaite monter sur argent ou or… je vais dévorer toutes les vidéos. Encore merci pur ce partage de connaissance !!!
    les 3 bijoux montrés sont absolument magnifiques !!!!
    très bonne continuation
    Anne

    1. Caroline R. dit :

      Bonjour Anne, merci pour ce gentil commentaire 🙂 Je te souhaite une belle réussite dans ce merveilleux domaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez votre cadeau : Le guide pratique pour bijoutiers débutants