Comment polir un bijou : outils et techniques


Coin débutant /

 

Le polissage d’un bijou est souvent la dernière étape de sa fabrication. Si celui-ci a été bien conçu, il est relativement facile de le polir. Toutefois, cela se complique un peu si l’on a mis trop de brasure, ou si le sablage n’a pas bien été réalisé.

Cet article se veut être un récapitulatif des différentes manières de polir un bijou, ainsi que de la façon de le préparer pour un polissage optimal.

Je tiens à préciser que le polissage est un métier en soi, c’est pourquoi il m’est impossible de tout aborder dans un seul article. Cependant, j’ai fait au mieux pour vous donner le plus d’information possible 😉

Avant de polir un bijou

L’émerisage est certainement la phase la plus importante dans la préparation d’un bijou en vue du polissage. Celui-ci permet d’enlever toutes les marques qui auraient pu être laissées par les outils. Les traces de pinces par exemple, de lime, ou encore les marques provoquées par le maillet.

Émeriser avec un cabron

Pour émeriser, correctement une surface plate ou convexe comme le dessus d’une bague, on utilise un cabron.

Cet outil est simplement composé d’un morceau de bois d’environ 30 cm de long. Son profil rectangulaire peut être variable. Cependant, ceux que j’utilise font 20 mm par 9 mm.

Le bâton est ensuite enroulé très serré dans du papier émeri (ou papier à sabler), et celui-ci est maintenu en place par du ruban adhésif, ou un élastique.

L’idéal est de s’en fabriquer trois, afin de disposer de trois grains différents pour l’émerisage, soit un gros grain, un moyen et un fin.

Émeriser l’intérieur des bagues

Pour sabler l’intérieur d’un corps de bague, on utilise un barbus. Cet outil est composé d’un petit mandrin qui se place sur le moteur suspendu, autour duquel on a enroulé une bande de papier émeri.

En tournant, le barbus peut nettoyer l’intérieur de la bague. Cependant, il est important de ne pas faire de sur-place avec celui-ci, sans quoi, vous risquez de creuser le métal. Vous devez donc en permanence suivre le contour intérieur de l’anneau lorsque le moteur est en route.

Encore une fois, il peut être utile d’avoir plusieurs barbus pour pouvoir passer d’un grain à l’autre.

 

Émeriser l'intérieur d'une bague

.

 

Enlever les taches de feu

Le gros problème de l’argent 925 est qu’il se forme ce que l’on appelle des taches de feu à sa surface, lorsqu’il est chauffé.

Celles-ci sont dues au fait que le cuivre contenu dans cet alliage remonte à la surface, créant ainsi un voile plus foncé. Il est impératif de le retirer, car celui-ci s’oxyde beaucoup plus vite et forme ainsi des taches disgracieuses à la surface du bijou.

La meilleure façon de faire disparaître les taches de feu est d’émeriser le métal. Le sablage sert donc à enlever à la fois les marques d’outils et les taches de feu.

Les excédents de brasure

Il arrive parfois que l’on utilise trop de brasure. Dans ce cas, celle-ci ne s’infiltre pas complètement entre les éléments qui ont été assemblés lors du brasage, et reste visible à la surface du bijou.

Pour retirer cet excédent, il est parfois nécessaire d’utiliser ses limes. Cependant, celles-ci laissant des marques, il faudra également les enlever en émerisant.

Le polissage

Il existe principalement trois machines que l’on peut utiliser pour polir un bijou : la polisseuse, le moteur suspendu et le tonneau à polir.

La polisseuse

Vous l’aurez compris, la polisseuse est la principale machine que les bijoutiers ou les joailliers utilisent pour polir un bijou. Plus puissante que le moteur suspendu, elle sera plus efficace pour le faire briller.

Il existe une panoplie de brosses que l’on peut utiliser, chacune ayant une utilité qui lui est propre. Il serait trop long de tout vous expliquer dans cet article, donc n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire si jamais vous avez besoin de précisions.

Polir un bijou sur une polisseuse est une activité qui demande beaucoup d’attention, car il est facile de faire une erreur. En effet, si le bijou n’est pas placé au bon endroit au niveau de la brosse, il risque d’être emporté par celle-ci. Malheureusement, ce type d’accident arrive souvent, et ce, même aux plus expérimentés. Dans ce cas, le bijou risque d’être fortement abîmé puisqu’il ira se cogner sur les parois, et vous risquez vous aussi de vous blesser.

Voici un petit schéma qui illustre parfaitement la zone sécuritaire au niveau de laquelle placer son bijou.

Brosse à polir

La pâte à polir

À l’instar de l’émerisage, le polissage demande lui aussi plusieurs étapes. En effet, il existe différents types de pâtes à polir. Il faudra donc aller du plus abrasif au moins abrasif pour obtenir un résultat optimal.

À votre stade, je vous recommande d’utiliser en premier du tripoli. Cette pâte de couleur brune enlèvera parfaitement les traces de papier émeri fin, et parfois même les restes de tâches de feu.

Puis, vous pourrez finir votre polissage au rouge ou au vert. Pour ma part, j’ai une petite préférence pour la pâte Picasso bleue que je trouve moins salissante et plus efficace. Cependant, cette dernière est un peu plus chère.

Il vous faudra utiliser des brosses différentes pour chaque type de pâte à polir, afin d’éviter la contamination. Par ailleurs, veillez à bien nettoyer votre bijou entre chaque polissage (avec une pâte différente). Pour cela, l’idéal est d’utiliser un appareil à ultra-son. Toutefois, ceux-ci étant assez chers, vous pouvez utiliser à vos débuts de l’eau chaude et du liquide vaisselle. Il vous faudra sûrement laisser tremper votre bijou durant plusieurs minutes dans ce mélange pour que les résidus de pâte se retirent.

Polir avec le moteur suspendu

Lorsque l’on est bijoutier débutant, on n’a pas toujours les moyens de s’acheter tous les outils et machines que la pratique de ce métier nécessite. Il faut donc apprendre à se débrouiller avec le minimum.

Le moteur suspendu peut être une bonne alternative à la polisseuse. Du moins dans les premiers temps.

Il existe également une panoplie d’éléments que vous pourrez ajouter à la pièce à main: des minis brosses, des meules de silicone, du scotch bright, etc.

Toutefois, si vous utilisez cette machine pour le polissage, je vous recommande fortement d’utiliser un masque, afin de ne pas respirer la pâte à polir. En effet, celle-ci sera projetée vers votre visage, et il est évident que cela ne doit pas être bon d’en accumuler dans ses poumons.

J’en profite également pour vous rappeler de porter vos lunettes de sécurité, mais cela devrait être en permanence, dès que vous mettez un pied dans votre atelier 😉

Le tonneau à polir

Enfin, le tonneau à polir (ou baratte) est d’une grande utilité pour le polissage de bijoux en fil ronds. Parce que oui, il existe des fils de métal de toutes sortes de formes (ronds, carrés, triangulaires, etc.).

Cependant, sur les surfaces plates, les billes d’acier du tonneau à polir ont tendance à laisser des marques.

Toutefois, il faut noter que ces billes n’enlèvent pas les taches de feu. Il faudra donc sûrement retirer celles-ci au tripoli avant de mettre le bijou dans le tonneau à polir.

Un avantage non-négligeable de cette machine est qu’elle permet de durcir le métal. Il peut donc être utile de placer le bijou dedans durant une bonne heure, si la chaleur du chalumeau l’a rendu trop facilement déformable.

Mais évidemment, pour éviter un tel problème, il vaut mieux utiliser des épaisseurs de métal plus adéquates.

 

Alors voilà, vous connaissez maintenant les notions de bases nécessaires pour polir un bijou. Il ne vous reste plus qu’à vous entraîner, car comme on dit, c’est en polissant qu’on devient polisseur 😉

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a été utile, et à laisser un petit commentaire !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 8
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *