skip to Main Content
Interview : Nicolas Tranchant Fondateur De Vivalatina

Aujourd’hui, je vous partage la toute première interview du blog. J’ai choisi d’aller à la rencontre de bijoutiers, car je pense qu’il est important de s’informer de ce qu’il se fait ailleurs. De plus, ce métier peut prendre bien des chemins différents, et il est toujours inspirant de connaître le parcours de ses confrères. Cela nous démontre, qu’il n’y a pas qu’une seule voie possible, et que chacun peut créer une entreprise à son image.

J’espère que vous apprécierez ces portraits de créateurs tout autant que moi. Sur ce, bonne lecture !

 

Dans cette interview nous allons à la rencontre de Nicolas Tranchant, fondateur de l’entreprise de bijouterie/joaillerie Vivalatina :

 

Bonjour Nicolas, quel est votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a amené à créer des bijoux ? 

J’ai 37 ans et j’ai une formation d’ingénieur en mécanique. J’ai travaillé dans l’industrie au Mexique et en France, dans l’industrie aéronautique notamment.

Les raisons qui m’ont poussé à fabriquer et vendre des bijoux sont intimement liées à mon parcours de vie, mes voyages et surtout ma femme Reyna qui est mexicaine.

J’ai rencontré ma femme au Mexique en 2007 alors que je travaillais au nord du Mexique, dans la ville de Reynosa collée au Texas. Suite à mes voyages en Amérique latine, je suis rentré en France en 2008 et elle m’a rejoins pour y vivre. Ne pouvant exercer sa profession de médecin généraliste en France, elle décide de rentrer au Mexique en 2012, je la suis alors et décide de lancer mon entreprise.

Nous avions déjà fais les premiers pas pour lancer Vivalatina en France alors que ma femme ne travaillait pas. Il s’agissait d’importer des bijoux mexicains en argent pour les revendre en ligne.

Par manque de temps et de connaissances du web, le projet n’avait jamais décollé.

En juillet 2012, alors que j’arrivais au Mexique pour y vivre, je décidais de m’y consacrer à 100 %.

 

Est-ce que le domaine de la bijouterie/joaillerie est très développé au Mexique ?

Le secteur de la bijouterie/joaillerie est moins développé au Mexique qu’en Europe ou aux USA, cependant certaines villes comme Guadalajara sont très actives dans ce domaine et l’on trouve désormais des fournisseurs offrant les mêmes services et machines qu’en Europe.

 

Parlez-nous de votre entreprise. Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir entrepreneur ?  

C’est la nécessité qui m’a poussé à devenir entrepreneur.

J’avais déjà ce projet en tête par le passé alors que je voyageais, mais c’est lorsque ma compagne ne trouva pas d’emploi à son arrivée en France que nous avons imaginé vendre des bijoux mexicains en argent par internet.

Nous étions alors en 2009.

Le projet n’a jamais vraiment pris, par manque de temps et de connaissance.

Puis, lorsque nous avons décidé de partir vivre au Mexique, j’ai repris cette idée afin de vendre ces mêmes bijoux directement depuis le Mexique, en m’y consacrant à temps plein.

Au fil du temps, certains clients me demandaient de modifier certains bijoux ou alors de fabriquer des bijoux de leur design. J’ai donc entrepris de monter un réseau de bijoutiers partenaires locaux afin d’avoir une capacité de production adaptée à mes besoins.

Pour améliorer mon service et faciliter la reproduction de designs imposés, je me suis lancé dans la CAO et l’impression 3D début 2015 en achetant une imprimante 3D 1200 Projet, dont j’ai fait le compte-rendu d’utilisation ici.

Avec le temps, je suis devenu de plus en plus ambitieux sur les projets de fabrication, puis est venu le moment d’envisager l’autonomie complète en montant mon propre atelier de bijouterie.

Aujourd’hui, Vivalatina est à la fois une boutique en ligne, un blog d’information et un atelier de bijouterie joaillerie capable de gérer la fabrication d’un bijou depuis le croquis jusqu’à la finition en maîtrisant le design CAO, l’impression 3D, la fonte, le sertissage et la taille de certaines pierres fines.

J’emploie deux artisans bijoutiers à temps plein.

 

Pourquoi vous êtes-vous tourné vers la vente en ligne ? 

La lecture du livre de Tim Ferris, La semaine de 4 heures (je crois que tu le connais aussi 🙂 ), m’a beaucoup influencé pour me lancer sur le web.

De plus, le web permet d’obtenir une croissance non-linéaire et non finie à partir d’un investissement ridicule, c’était de loin la meilleure option à ma portée.

De plus, le web requiert des connaissances que l’on peut apprendre en autodidacte, ce qui correspondait bien à mon profil d’ingénieur, lire des livres puis mettre en oeuvre et créer ainsi mon expérience.

La pertinence de ce choix fut validée lorsque nous avons émigré au Mexique, la boutique en ligne est restée ce qu’elle était et son fonctionnement pour nos clients n’en était pas modifié.

 

Sur votre site web, vous expliquez que vous utilisez entre autres la CAO et l’impression 3D pour concevoir vos bijoux. Pourquoi ce choix de technique ? 

Lors de mes débuts dans la fabrication de bijoux avec mon réseau de bijoutiers partenaires, j’ai eu des problèmes de fabrication, aussi bien de qualité, de délais ou alors de design. N’étant pas présent à temps plein dans les ateliers, ces soucis étaient difficiles à éviter ou bien à corriger.

L’utilisation de la CAO et de l’impression 3D est venue naturellement afin d’avoir la main sur le design et gagner en temps durant la phase de fabrication.

Les maquettes en cire que je produisais servaient ainsi de modèle à reproduire en métal ou bien étaient utilisées pour la production par le procédé de fonte à la cire perdue.

 

Imprimante 3D 1200 Projet

Imprimante 3D 1200 Projet

.

 

Y a-t-il d’autres techniques particulières que vous utilisez pour la conception de bijoux ? 

Non, je n’utilise rien d’autre que la CAO et l’impression 3D, par contre j’en suis maintenant à ma troisième imprimante, si bien que j’ai acquis pas mal d’expérience et de contacts dans ce domaine.

 

Vous vous êtes spécialisé dans la fabrication de chevalières. Pourquoi et qu’est-ce qui vous à mené à vous spécialiser sur ce type de bijou ?

Il est vrai que nous fabriquons beaucoup de chevalières, aussi bien en or qu’en argent.
.
C’est un peu par hasard que tout cela à débuté. Nous avons eu l’occasion de fabriquer une chevalière sur-mesure en argent début 2015, fabrication que j’avais documentée sur mon blog.
.
Cet article a par la suite attiré des internautes qui m’ont consulté pour des projets similaires au cours de 2015, ce qui m’a permi de constater qu’il y avait un réel besoin pour ce genre de bague pour homme sur le web.
.
J’ai donc documenté d’autres réalisations du même genre sur notre blog puis en creusant un peu plus la demande en ligne, je me suis rendu compte qu’il y avait peu d’offres sur le web de belles chevalières en or pour les hommes.
.
La plupart des chevalières visibles en ligne sont des produits standardisés, évidés et fabriqués en série en chine sans grande originalité.
.
J’ai donc entrepris de constituer une collection de chevalières pour homme visible ici dès la fin 2015.
.
Mon but était de présenter en ligne des bagues pour homme haut de gamme originales, alliant or 18 carats, pierres fines et diamants.
.
Depuis nous avons eu l’occasion de fabriquer plusieurs dizaines de designs de chevalières aussi bien en or qu’en argent et nous avons récemment élargi notre collection à 47 modèles afin de couvrir un besoin plus large.

 

En plus de proposer des chevalières ainsi qu’une collection de bijoux plus classiques, vous avez également développé une gamme de bijoux mexicains. Pouvez-vous nous expliquer ce qui caractérise ce type de bijoux ?

J’ai effectivement développé une collection de bijoux maya inspirée des matériaux utilisés par ces derniers pour la confection de leurs bijoux . Ils utilisent le jade, la turquoise et reprennent des motifs et forment inspirées de leurs traditions.

Je vais arrêter cette collection, car elle ne correspond pas aux besoins de nos clients.

 

bijou maya vivalatina

 

Retrouvez également Vivalatina sur Facebook et Pinterest.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

Recevez votre cadeau : Le guide pratique pour bijoutiers débutants