skip to Main Content
Brasage Des Bijoux : Les 12 Outils Indispensables

Vous souhaitez apprendre à souder des bijoux ? Tout commence par les outils ! En effet, si vous ne possédez pas de chalumeau, il vous sera impossible de faire une soudure ou une brasure sur un bijou en or ou en argent.

Je vous partage donc ici les 12 outils indispensables pour le soudage et le brasage des bijoux.

RAPPEL SUR LE SOUDAGE ET LE BRASAGE DES BIJOUX

J’ai déjà rédigé un article complet sur les différences entre le soudage et le brasage des bijoux, que vous pouvez lire ici. Toutefois, un petit rappel s’impose.

Le soudage est la technique qui permet d’assembler ensemble, par fusion, deux pièces composées du même alliage.

Le brasage quant à lui, nécessite un métal d’apport (brasure) pour assembler deux pièces ensemble. Ces pièces ne doivent pas forcément être composées du même alliage. Ainsi, on peut braser ensemble de l’argent et du laiton ou encore de l’argent et de l’or.

LES OUTILS POUR LE SOUDAGE ET LE BRASAGE DES BIJOUX

1/ LE CHALUMEAU

Le brasage des bijoux ne peut se faire sans un chalumeau de bijoutier. Quoiqu’il soit possible au début d’utiliser un petit chalumeau de cuisine pour assembler de petites pièces entres elles, ou encore une torche de plombier pour les plus grosses.

Toutefois, sur ce genre de torches, vous ne pourrez généralement pas régler vous-même l’apport en oxygène. Il faut savoir que c’est cet apport qui permet de contrôler la température de la flamme. Vous aurez donc plus de chances de faire fondre votre bijou.

Pour ma part, j’ai testé deux types de chalumeaux. La Little Torch, qui est très pratique pour les petites soudures, et le Meco. J’ai une nette préférence pour ce dernier, mais mon avis est un peu biaisé, car c’est avec cette torche que j’ai fait mes trois années d’apprentissage.

Cependant, ces deux chalumeaux sont ceux que l’on utilise en Amérique du Nord et s’adaptent donc aux bouteilles et systèmes nord-américains.

Donc si vous vivez en France, je vous conseille plutôt de prendre un chalumeau brésilien comme l’Orca. En plus d’être très abordable, il ne nécessite pas de bouteille d’oxygène, car il utilise l’air environnant à la place. De plus, il peut se brancher sur des bouteilles de camping-gaz si vous avez l’adaptateur qu’il faut.

chalumeau bijoutier

2/ LES BOUTEILLES D’OXYGÈNE ET DE GAZ

Avec le Meco ou la Little Torch vous devez absolument avoir un apport en oxygène et en gaz.

Concernant ce dernier, j’utilise du propane. Toutefois, il est possible de souder avec de l’acétylène. Cependant, je ne le recommande pas si vous n’avez pas une bonne ventilation dans votre atelier. En effet, l’acétylène est un peu plus volatile et peut facilement provoquer des maux de tête.

En parlant de ventilation, ce point est non-négligeable ! En effet, si vous procédez au brasage de vos bijoux dans une pièce sans aération, vous risquez de brûler l’oxygène environnant. Vous savez, celui qui vous sert à respirer 😉 Et là, bonjour les maux de tête encore une fois. Cela peut même aller jusqu’à l’évanouissement.

Je ferme la parenthèse sur la ventilation ?

Donc, vous devrez vous acheter une bouteille pour l’oxygène et une bouteille pour le gaz que vous aurez choisi. Concernant leur capacité, vérifiez auprès des services incendie de votre région. En effet, ce sont normalement eux qui décident de cela. C’est important, car si vous contrevenez aux règles, votre assureur ne vous remboursera pas en cas d’accident.

Si, en revanche, vous avez choisi un chalumeau brésilien, vous n’avez pas à vous soucier de la bouteille d’oxygène comme je l’expliquais plus haut. Le chalumeau, l’adaptateur, une bouteille de camping gaz, et le tour est joué 😉

gaz

3/ LES MANOMÈTRES ET RETOURS DE FLAMME

Chaque bouteille devra posséder son propre manomètre et son propre retour de flamme (un spécialement conçu pour l’oxygène et l’autre pour le gaz que vous utilisez).

Le manomètre vous indique la quantité de gaz restante dans la bouteille, mais il vous permet aussi de régler la pression à la sortie de la bouteille.

Les retours de flamme quant à eux, sont super importants pour éviter les risques d’explosions. En fait, ce sont eux qui empêchent la flamme de se rendre dans la bouteille lorsque l’on éteint le chalumeau. Vous l’aurez compris, dans le cas contraire, cela provoquerait un beau feu d’artifice.

À noter : Le manomètre n’est pas nécessaire avec le chalumeau brésilien branché sur bouteille de camping gaz, et les retours de flammes sont déjà intégrés au chalumeau. Encore un avantage pour cet outil 😉

Retours de flamme

4/ NID D’ABEILLE, PERRUQUE ET PLAQUE ISOLANTE

Maintenant qu’on a passé en revue les outils les plus chers, on s’attaque au petit outillage essentiel pour le soudage et le brasage des bijoux.

Le nid d’abeille est l’élément sur lequel vous déposerez vos pièces destinées à être assemblées à chaud. Son avantage est qu’il possède une multitude de petits trous qui permettent un meilleur apport en oxygène environnant que s’il était directement posé sur une plaque.

Pour améliorer cet apport en oxygène et pour un meilleur enrobage de la flamme, certains bijoutiers utilisent aussi ce qu’on appelle une perruque. Sur la photo ci-contre, on voit une petite perruque fabriquée artisanalement. Il s’agit d’un simple fil d’acier enroulé sur lui-même ?

Enfin, si vous ne voulez pas brûler votre établi, je vous recommande fortement de poser votre nid d’abeille sur une plaque isolante.

perruque

5/ LE DÉROCHER

Le dérocher est une solution d’acide sulfurique et d’eau, dans laquelle on trempe le bijou après une brasure, une soudure ou un recuit. Il permet de dissoudre le flux de brasage (j’en parle plus bas) et l’oxydation qui se forme à la surface du métal lorsqu’il est chauffé.

Il est possible de remplacer l’acide sulfurique par du Sparex (bisulfate de sodium NaHSO4), que l’on trouve facilement dans les magasins de piscine.

Pour en savoir plus sur la façon de le préparer, je vous laisse regarder cette petite vidéo.

6/ LES PINCES DE CUIVRE ou de laiton

Les pinces de cuivre (ou de laiton) sont indispensables pour récupérer les pièces dans le dérocher. En effet, si vous utilisez des pinces en acier, il va se produire une réaction et tous vos bijoux en argent qui trempent dans le dérocher vont devenir roses. Il s’agit simplement d’un dépôt de cuivre, et celui-ci s’enlève facilement à l’émerisage, voir même simplement au polissage. Cependant, il vaut mieux éviter cela en utilisant des pinces en cuivre, car cela peut être plus délicat à enlever dans les petits interstices ?

pinces de cuivre

7/ LE FLUX DE BRASAGE OU FONDANT

Le flux est un produit souvent conçu à base de Borax. Il sert à nettoyer les zones que l’on veut souder ou braser, et à prévenir l’oxydation. En effet, la soudure et la brasure ne peuvent se faire correctement s’il y a des impuretés et que le métal est oxydé à cet endroit.

La plupart des flux étant toxiques, il est encore une fois très important d’avoir une bonne ventilation, en particulier à l’endroit où l’on procède au soudage et au brasage des bijoux.

Pour l’appliquer, vous pouvez simplement utiliser un pinceau, de préférence en vrais poils.

En chauffant, le flux va se vitrifier. Le résidu restant peut être simplement enlevé avec de l’eau chaude. Toutefois, comme le bijoutier a l’habitude de tremper le bijou dans le déroché après la brasure, celui-ci permet également au flux de se dissoudre.

Pour en savoir plus sur les différents fondants, je vous invite à lire cet article.

flux de brasage

8/ LA POINTE À SOUDER ET LES BRUCELLES

La pointe à souder permet de récupérer les paillons de brasure préalablement fondus pour aller les déposer à l’endroit que l’on veut braser.

On l’achète généralement droite, mais j’aime bien la courber en « V », car cela permet d’atteindre plus facilement certains endroits, sans avoir à se tordre le bras. Pour cela, il suffit simplement de la plier comme sur la photo avec des pinces plates, en veillant bien à laisser dépasser la pointe plus bas que le manche.

Petite recommandation : essayez d’acheter une pointe à souder avec l’extrémité en titane. En effet, le titane ne pouvant être brasé, cela évitera que votre brasure reste collée dessus, ou même que votre pointe se brase à votre bijou. Chose qui peut facilement arriver avec une pointe en acier lorsque l’on est un débutant.

Les brucelles (pinces) peuvent également être pratiques pour déposer les paillons. Pour cela, il suffit d’en attraper un, de le tremper dans du flux, et de le déposer à l’endroit que l’on veut braser.

pointe à souder

9/ LES CISAILLES ET LA BRASURE

La brasure est un alliage qui fond à plus basse température que le métal que l’on veut braser. Par exemple, la brasure d’argent sera généralement faite à base d’argent de cuivre et de zinc. Dépendamment des proportions de chaque métal dans l’alliage, certaines brasures fonderont à plus basse température que d’autres.

Les cisailles quant à elles, sont des ciseaux qui permettent de couper le métal, et plus particulièrement la brasure, pour en faire des petits paillons.

Voici une courte vidéo qui vous explique comment faire :

10/ LE FIL À LIGATURER ET LA TROISIÈME MAIN

Afin de faire tenir des morceaux ensemble pour procéder au brasage, il peut être nécessaire de les attacher grâce à du fil à ligaturer. Il s’agit en fait d’un fil d’acier assez fin. La principale précaution à prendre avec le fil à ligaturer est de ne pas le braser au bijou ?

La troisième main est un outil grâce auquel on peut maintenir des brucelles croisées qui elles-mêmes permettront de maintenir une pièce dans une position adéquate pour le soudage ou le brasage. Le principal problème est que ce genre d’outil absorbe beaucoup de chaleur. Cela peut donc rendre le brasage plus difficile.

troisième main

11/ LES BRUCELLES CROISÉES

Les brucelles croisées sont des pinces qui fonctionnent à l’inverse des pinces « traditionnelles ». C’est-à-dire qu’elles s’ouvrent quand on appuie dessus, et qu’elles se referment quand on les lâche. C’est très pratique pour maintenir une pièce sans effort. Il en existe de plusieurs formes, mais pour commencer, je vous conseille de prendre les droites et les courbées. De préférence avec du bois sur la poignée, afin de protéger vos doigts de la chaleur au cas où celle-ci serait chauffée par le chalumeau.

Brucelles croisées

12/ LES ALLUMETTES ou L’ALLUME-FEU

Enfin, le dernier outil, mais non le moindre, l’allume-feu (ou les allumettes). Et oui, car sans allume-feu ou allumettes, il vous sera impossible d’allumer votre chalumeau.

Un petit conseil, pour des raisons de sécurité, évitez autant que possible d’utiliser un briquet.

allume-feu

Voilà, vous connaissez maintenant les outils indispensables au bijoutier pour réaliser des soudures et des brasures ?

Cet article comporte 5 commentaires
  1. Pour le chalumeau, j’utilise actuellement un mini chalumeau Proxon qui fait le job mais je pense vite en changer pour un chalumeau brésilien qui ne nécessite pas de bouteille d’oxygène, juste une bouteille de gaz… Le Little torch me tente bien mais avoir 2 bouteilles m’embête un peu vu que mon atelier est à mon domicile (et ça stresse mon mari !)

    1. Caroline R. dit :

      Oui, je comprends, moi aussi ça me stressait un peu d’avoir des bouteilles chez moi. C’est pour ça que j’ai fini par louer un espace dans un atelier. Je n’ai jamais utilisé le chalumeau brésilien, mais j’ai entendu dire qu’il est très bien, une fois qu’on est habitué au fonctionnement 😉

      1. J’ai utilisé un chalumeau brésilien lors de ma formation, je l’ai trouvé vraiment facile d’utilisation. Du coup j’y suis bien habituée, c’est pour ça qu’il m’attire pour mon atelier je pense…

  2. Pierre Tremblay dit :

    Bonjour Caroline,

    est-ce qu’il est possible de ce procurer un chalumeau bresilien ici au quebec…

    Merci
    Pierre

    1. Caroline R. dit :

      Oui, tout à fait ! Sassounian vend des Orca 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

Recevez votre cadeau : Le guide pratique pour bijoutiers débutants