skip to Main Content
Les 4 Peurs Qui Vous Empêchent De Vous Lancer En Autodidacte

Bienvenue à nouveau sur Objectif Bijoux ! Comme ce n'est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute recevoir mon "Guide pratique pour bijoutiers débutants" : cliquez ici pour le télécharger gratuitement ! 🙂

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai commencé à m’intéresser à la bijouterie alors que je m’étais engagée dans une autre voie. C’était en 2011, j’étais maman et étudiante en biologie marine, et je faisais du bijou fantaisie depuis 1 an en parallèle. Depuis toujours, j’imaginais que je serais océanographe. Mais voilà que lors d’une froide journée de décembre, j’ai réalisé pour la première fois un bijou de A à Z de mes propres mains. Bon, c’était en pâte d’argent, donc pas de la bijouterie au sens traditionnel du terme, mais cela a suffit pour insuffler en moi une nouvelle passion. À ce moment-là, je suis entrée dans une envie irrépressible d’apprendre les techniques de bijouterie. Seulement voilà, je vivais à 350 km du centre de formation le plus proche et j’avais entamé des études de longue durée. J’ai donc commencé à chercher sur le web, mais à l’époque, il n’existait qu’un forum. Très bon soit dit en passant, mais je ne me sentais pas du tout à l’aise d’apprendre la bijouterie par ce biais-là. Et comme j’étais trop nulle en anglais, je me suis vite rendu compte que l’apprentissage en autodidacte serait plus difficile pour moi.

En effet, je me souviens que j’étais alors confrontée à quatre peurs. Certainement les mêmes qui vous assaillent vous aussi.

1- La peur de se lancer seul

Vous vous en êtes certainement déjà rendu compte, la bijouterie est un métier assez complexe à première vue pour un novice. En effet, déjà, il y a le vocabulaire pas toujours évident à comprendre. Des termes comme braser ou déroché, ne vous évoquent peut-être rien si vous débutez. 

Par ailleurs, vous vous demandez peut-être aussi par quoi commencer ? Il semble y avoir tellement de techniques à maîtriser. 

Il est évident qu’un accompagnement est plus qu’utile dans ce domaine si vous souhaitez progresser rapidement et éviter de présenter des lacunes dans certaines techniques par la suite, qui vous feraient stagner dans votre pratique.

Cependant, si pour une raison ou pour une autre, il vous est impossible de vous former auprès de quelqu’un, sachez qu’il n’est pas totalement impossible d’apprendre seul. En effet, d’autres l’ont déjà fait 😉

Si vous êtes confronté à cela, voici le meilleur conseil que je peux vous donner. Allez-y progressivement. Autrement dit, ne cherchez pas à aller trop vite. 

Je sais que ce n’est pas évident, car quand on se lance, on a souvent plein d’idées et on voudrait les réaliser tout de suite. Moi-même, je suis passée par là. Je voulais déjà intégrer des pierres à mes bijoux alors que je ne savais pas encore scier.

Commencez donc par les techniques de base (scier, limer, braser et polir), et n’essayez pas de toutes les maîtriser en même temps. Commencez d’abord par le sciage et le limage. Par la suite, vous pourrez vous intéresser d’avantage au polissage. Enfin, vous pourrez vous pencher sur la brasure (soudure).

Pourquoi je vous recommande d’y aller progressivement ? Tout simplement parce que si vous essayez d’apprendre tout en même temps, vous allez vous retrouver beaucoup trop en dehors de votre zone de confort, risquer de paniquer, de vous sentir nul et de vous démotiver. 

En effet, pensez à un enfant qui apprend à écrire. On ne lui demande pas de devoir tout de suite connaître les différences entre un nom et un verbe, et en même temps de nous pondre une dissertation. Vous êtes d’accord, je pense, pour dire que cela n’aurais aucun sens. Et bien, c’est pareil pour vous. Soyez bienveillant et patient envers vous-même. Prenez le temps d’apprendre les choses progressivement.

2- La peur de se tromper dans ses achats d’outils

limage bijouterie

La bijouterie est une pratique qui nécessite une multitude d’outils qui sont, pour la plupart, assez chers. Si vous n’y connaissez rien, il est tout à fait normal que vous ayez peur de vous tromper dans vos achats.

Cependant, si vous suivez mon précédent conseil, soit d’y aller progressivement, vous n’aurez pas besoin d’acheter une tonne d’outils à la fois. Du coup, votre portefeuille vous en sera reconnaissant et en plus, vous aurez moins de chances de vous tromper. 

En effet, en achetant vos outils de manière progressive, à mesure que vous avancez dans votre pratique, vous pourrez plus facilement vous renseigner sur chacun d’entre eux et prendre des décisions éclairées sur vos achats.

Voici donc mes conseils si vous êtes de grands débutants et que vous souhaitez dans un premier temps apprendre à scier et à limer. 

Pour le sciage, je vous recommande de prendre un bocfil (scie de bijoutier) d’une hauteur de 8 cm, ainsi que des lames de scie 3/0. Celles-ci seront parfaites pour vous entraîner à scier sur une plaque de 1 mm d’épaisseur. Il faut savoir également que les lames de scie se lubrifient régulièrement pour durer plus longtemps et faciliter le sciage. Il existe des lubrifiants spécialement conçus pour cela chez les fournisseurs, mais vous pouvez aussi très bien utiliser de la paraffine ou de la cire d’abeille 😉

Pour le limage, il vous faudra vous munir de limes évidemment. Il en existe deux sortes. Les grosses limes et les limes aiguilles. Ces dernières, plus petites, serviront plutôt aux plus petits ouvrages et aux ajourés. 
On retrouve aussi ces deux sortes de limes en différentes formes et différents grains. Pour les formes, je recommande au moins la plate et la demi-ronde pour les grosses limes. Si vous pouvez aussi avoir la sauge, c’est encore mieux, mais cela augmentera vite votre facture. Pour les limes aiguilles, je recommande la barrette, la demi-ronde, la sauge, la triangle et la carré pour commencer. En ce qui concerne le grain, le #2 fera l’affaire. En effet, il n’est pas trop rude, vous aurez donc moins de risques de trop manger votre métal si vous passez un coup de lime de trop 😉

3- La peur de gaspiller son métal

sciage bijouterie

Je me souviens lorsque j’ai acheté mes premières plaques d’argent. Je n’osais pas les utiliser par peur de manquer mon coup et de les gaspiller. Du coup, je ne faisais rien. Pas génial pour apprendre ^^

Si vous êtes également confronté à cette peur, je vous conseille de vous entraîner sur du laiton, c’est moins cher. Le cuivre aussi, mais je trouve ce métal plus difficile à scier et à limer, donc ce n’est pas l’idéal pour un débutant.

Ensuite, prenez conscience que vous ferez inévitablement des erreurs. C’est normal puisque vous apprenez ! Donc essayez de ne pas trop vous prendre la tête avec le métal. 

Et puis, la bonne nouvelle, c’est que c’est en se trompant qu’on apprend le mieux. Je sais, c’est cliché, mais c’est vrai 😉

4- La peur d’utiliser ses outils

soudure bijouterie

Je crois que c’est cette peur qui m’a le plus paralysée. En effet, je n’avais même pas encore de chalumeau chez moi que je m’imaginais déjà faire exploser ma maison ! 

Cette peur est irrationnelle, car si l’on fait attention, il y a peu de chances que cela arrive. Mais pourtant elle est bien présente, et ce, chez beaucoup de débutants. Non, non, je ne suis pas la seule ^^

Et en même temps, c’est plutôt sain d’avoir peur. En effet, quelqu’un qui utiliserait un chalumeau pour la première fois sans avoir un minimum d’appréhension serait à surveiller de près, car selon moi, cela voudrait dire qu’il est un peu inconscient.

Concernant vos outils, les conseils seraient trop nombreux pour être tous partagés ici. En effet, il n’y a pas que le chalumeau qui peut faire peur et être dangereux. Je pense entre autres au moteur suspendu que l’on utilise pour percer, mais aussi pour polir dans certains cas.

Sur ce point, tout ce que je peux vous dire, c’est encore une fois de prendre votre temps. Vérifiez que votre chalumeau est bien branché et qu’il n’y a pas de fuite de gaz. Veillez à tenir correctement votre moteur suspendu. Dans le doute, regardez des vidéos sur YouTube pour voir comment font les autres. Et surtout, lancez-vous ! Ne vous laissez pas paralyser par vos peurs. 

Ce dernier conseil vaut d’ailleurs pour tous les points précédemment listés. Si vous avez peur, vous devez le faire quand même. Il n’y a que comme cela que vous pourrez avancer ;)

Comment se termine l’histoire ?

Plutôt bien ! Finalement, j’ai décidé de m’inscrire dans une école de joaillerie à Montréal. En parallèle, mon mari a eu une opportunité d’emploi dans cette même ville, ce qui a grandement facilité les choses pour nous. Mais je suis bien consciente que ce n’est pas le cas pour tout le monde.

Cependant, si vous rêvez sincèrement de faire de la bijouterie, je ne peux que vous encourager à aller dans ce sens. Les conseils plus hauts et ceux que je donne sur le blog et la chaîne YouTube vous aideront à vous lancer. Par contre, si vous pensez avoir besoin de plus d’accompagnement et qu’il est impossible pour vous de vous inscrire dans une école, sachez que dans les prochains jours,  j’ouvre à nouveau les inscriptions à ma formation en ligne : La Bijouterie Pas-à-pas. Surveillez donc bien votre boîte de réception ou cliquez ici pour vous abonner et être prévenu de l’ouverture des inscriptions 😉

Voici donc les 4 plus grandes peurs que j’ai identifiées de par mon expérience et mes conversations avec mes élèves et lecteurs. Toutefois, j’aimerais avoir votre avis. Vous reconnaissez-vous dans ces peurs ? Y a-t-il d’autres choses qui selon vous vous empêchent de vous lancer ? Partagez-les moi dans les commentaires, il me fera plaisir de vous répondre et peut-être même de vous conseiller 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

Recevez votre cadeau : Le guide pratique pour bijoutiers débutants